• Tell: 0096264655043

L'ACHRS a accueilli sa première rencontre mensuelle des femmes. Perceptions du Féminisme : Féminisme en Occident et dans le Monde Arabe.

User Rating:  / 0
PoorBest 

WhatsApp Image 2017 04 17 at 6.11.32 PME

Le samedi 15 avril 2017, le Centre d’études d'Amman pour les droits de l'homme a organisé sa première rencontre mensuelle des femmes. Cette série de discussions a pour objectif d'engager une conversation entre des femmes de différents milieux sur des sujets relatifs aux droits des femmes. Ainsi, le premier sujet était le suivant : Perceptions du Féminisme : Féminisme en Occident et dans le Monde Arabe.   

Après une présentation décrivant la signification, les types, l'histoire et les principales figures du féminisme, nos invitées ont été encouragées à échanger des idées autour du féminisme en Jordanie et dans le monde arabe. Des questions sur la différence entre le féminisme en Jordanie et en Occident, sur les moyens de promotion du féminisme en Jordanie ou sur la perception erronée du féminisme occidental sur les femmes arabes ont été notamment proposées pour alimenter le débat.

Les participantes ont ainsi échangées sur les différents défis auquel est confronté le féminisme en Jordanie. Tout d'abord, elles ont constatées que le féminisme est un terme relativement nouveau qui souffre d'un manque de définition et de buts clairs. En conséquence, il est souvent mal interprété, comme un mouvement seulement esthétique, considérant la façon dont les femmes s'habillent et comment elles vont se maquiller. Ensuite, elles ont discutées des traditions sociales en Jordanie, telles que l'importance de liens familiaux forts et du mariage, et de la manière dont ces traditions peuvent entrer en conflit avec un programme féministe.

De nombreuses idées sur la manière de surmonter ces défis pour engager les Jordaniens dans le féminisme ont été présentées. Une des suggestions a été de promouvoir le développement des femmes en politique, afin qu'elles puissent promouvoir des réformes féministes. Certaines ont aussi considérées que l'émancipation économique des femmes pouvait changer les relations de pouvoir au sein du ménage. D'autres ont estimées qu'il était nécessaire d'éduquer les mères sur la façon d'enseigner l'égalité des sexes à leurs enfants.

Indépendamment de savoir si les approches doivent se faire à partir du sommet ou de la base, chacun a convenu que le succès du féminisme en Jordanie doit tenir compte des particularités des femmes jordaniennes, telles que leur langue, leur culture et leur religion. Il faut aussi considérer que les femmes jordaniennes ne sont pas un groupe homogène et sont confrontées à différents niveaux et types de discriminations sexuelles en fonction de leur statut socio-économique, de leur niveau d'éducation, selon le fait qu'elles soient issues de zones urbaines ou rurales ainsi que de l'attitude des autres membres de leur famille, entre autres facteurs. Nous avons aussi échangés à propos de l'utilisation du féminisme islamique, qui préconise l'égalité entre hommes et femmes à partir d'une nouvelle lecture des textes islamiques, ainsi que du cadre des droits de l'homme pour promouvoir une approche interdisciplinaire.

Il a été convenu qu'il y a des incompréhensions sur les femmes arabes et les formes d'oppression qu'elles éprouvent en Occident. Les participantes ont notées que l'échange inter-culturel était la clé pour mettre fin à ces faux stéréotypes et ont exprimées le souhait que des femmes de différentes nationalités puissent se réunir à l'avenir pour apprendre des expériences de chacun.

Tenez vous au courant des prochains rapports sur les autres rencontres mensuelles des femmes au Centre d'étude d'Amman pour les droits de l'homme.

Préparé par Kimberley Malone, Service des Relations Internationales à l'ACHRS

Traduction française par Etienne Laur